Le projet

Pourquoi un intérêt pour la cryptographie post-quantique ?

La cryptographie constitue la brique fondamentale de la sécurité des données et des échanges numériques. Elle est présente dans toutes les activités de la vie quotidienne: les réseaux de communications incluant le web et les réseaux mobiles, les cartes à puce, les documents d’identité, systèmes embarqués dans l’aéronautique, les transports, ou encore les objets connectés («Internet-of-Things»). L’avènement d’un ordinateur quantique, qui repose sur des principes physiques différents, menace la plupart de ces applications. Dès lors, un changement technique majeur doit être opéré dans les prochaines années de manière à garantir dans tous ces domaines un niveau de sécurité satisfaisant et durable pour assurer la confidentialité des échanges numériques et assurer que la vie privée des utilisateurs ne soit pas menacée.

Le grand défi RISQ s’inscrit dans tous les domaines technologiques ayant recours à des méthodes cryptographiques.
Des initiatives anticipant ce changement (préparation de normes, prototypages) ont été observées dans d’autres pays.
Une gamme complète de produits de chiffrement, signature de transactions, ainsi qu’une adaptation du protocole TLS seront le résultat de ce projet.
Des briques cryptographiques matérielles et logicielles répondant aux contraintes de sécurité et d’intégration des systèmes embarqués en feront également partie.
De plus, des documents pour guider les industriels sur l’insertion des technologies post-quantiques dans des systèmes complexes (marchés défense, cloud, identité, paiement) seront aussi produits, ainsi que des rapports sur les activités des comités de normalisation.

Faire de la France un acteur international majeur de la transition post-quantique.

En 2016, plusieurs organisations issues de différents pays, notamment l’américain NIST, ont annoncé un appel de création de nouveaux standards cryptographiques, dont la maîtrise est indispensable pour conquérir des marchés d’envergure.

 

Le Grand Défi du Numérique RISQ a pour but de faire de la France un acteur international majeur de la transition post-quantique. Un des objectifs de RISQ est de renforcer la présence de la filière française de la sécurité numérique au sein des organismes de standardisation en rassemblant les acteurs nationaux aux compétences reconnues internationalement, incluant de grands groupes industriels, des PME/ETI, des services étatiques, et des laboratoires académiques, afin de concerter leurs actions de propositions de standards et d’évaluation des candidatures. En interaction avec ce processus, le projet définit une feuille de route pour la commercialisation de gammes de produits de sécurité post-quantique – librairies de calculs cryptographiques logicielles et matérielles, serveurs d’archivage, d’horodatage – allant de la conception des briques théoriques par les laboratoires partenaires au développement de démonstrateurs et leur validation. La présence de grands groupes au sein du consortium est garante de l’adaptabilité des solutions développées aux systèmes déployés à l’heure actuelle.

 

A l’issue du projet, les partenaires disposeront de la propriété intellectuelle et des offres en avance de phase nécessaires pour gagner une visibilité précoce sur les marchés qui seront issus des nouveaux standards, dont les premiers sont attendus pour 2019/2020.

 

Ainsi le projet RISQ prévoit que les acteurs français, en regroupant leurs compétences fortes, prennent part à l’élaboration des normes, développent en amont la technologie et la propriété intellectuelle nécessaires, évaluent et mettent en place des processus de migration, de sorte que l’industrie française soit réactive face à ce changement technologique. Actant le caractère capital que revêt le projet, plusieurs grands industriels ont souhaité y prendre part même sur fonds propres.